Mécanisation de la taille

Des outils de taille latérale pour gagner du temps

Lamier.jpg

Avec l'arrivée des énergies fossiles (fioul et gaz) et la réduction de la main d'œuvre sur les fermes, les haies ont perdu une fonction essentielle : produire du bois. Actuellement, face à la charge de travail que représente la coupe du bois, les agriculteurs font de plus en plus appel à des outils de taille latérale comme le lamier à scies. La mécanisation a ainsi permis de contenir le développement des haies pour un coût raisonnable à court terme (5-10 ans).

Cependant, l'exploitation du bois réalisée à la tronçonneuse à l'intérieur de la haie constitue une phase essentielle de leur entretien. Ce travail d'abattage, très régulier, sur des rotations de 9-15 ans selon les essences, stoppe le développement latéral des haies et garantit leur régénération.

lamier2.jpg

L'entretien des haies est trop souvent défini ou compris comme la simple taille latérale. Or la pérennité des bocages passe par un véritable entretien. Aussi, il nécessite une exploitation du bois, des tailles de formations et des remplacements d'arbres morts.

Les capacités techniques du lamier à scies et l'apparente réduction des coûts d'entretien qu'il entraîne ne doivent pas masquer deux questions essentielles : Que faire des immenses quantités de bois produites par les haies (probablement plus de 1 600 000 tonnes/an sur le Grand Ouest) ? Comment exploiter et valoriser ce bois ?

 

Le lamier à scies, un outil, pas une solution

Le lamier est couramment utilisé dans le cas de chantiers de "recalibrage" de haies, lorsque les branches d'une haie non exploitée depuis 15 ans gagnent 2 à 4 mètres sur un champ. Cet outil peut scier des branches de 10 cm de diamètre. Il apparaît séduisant car il permet à priori de s'affranchir de la tronçonneuse. En effet, beaucoup croient qu'une taille latérale tous les 3-4 ans avec le lamier permettrait de maîtriser totalement le développement des haies. Pourtant, la taille au lamier entraîne différents effets :

- A moyen terme (20-30 ans), les troncs, les branches grossissent, s'entremêlent, se touchent. Ces haies vont devenir de véritable "mur vert" comme il est déjà possible d'en observer en bord de route.

- Certaines essences supportent mal les tailles à répétitions qui favorisent également le développement et la diffusion des maladies (chancre du châtaignier…).

- De plus, la taille au lamier peut compromettre les tailles de formation des premières années d'entretien. Si la coupe au lamier est franche et nette, elle n'est pas pour autant effectuée au ras du tronc ce qui rend impossible la formation des arbres de haut jet.

Ainsi, après 20 ou 30 années de croissance, le bois contenu dans ces haies taillées régulièrement au lamier, devra nécessairement être coupé, même partiellement (dépérissement de certains arbres…). Les conditions d'exploitation de ces haies seront plus difficiles que pour des haies moins denses car le bois sera de gros diamètre et très irrégulier (nombreuses fourches). Par ailleurs, les chantiers de taille au lamier génèrent des branches qui ne sont actuellement pas valorisées. Ces branches qui tombent en vrac sur le sol sont difficile à reprendre pour les introduire dans la déchiqueteuse ou les débiter en bûches. Ainsi, la solution la plus courante consiste à les pousser avec la fourche du tracteur pour les brûler en plein champ. L'utilisation exclusive du lamier sur les haies va totalement transformer la structure de celles-ci. Il va compromettre fortement toute forme de valorisation du bois.

 

Une solution : utiliser le lamier autrement

nacelle.jpg

Si le lamier à scie peut être utilisé sur des haies jeunes (jusqu'à 10 ans) pour limiter l'emprise de la haie sur les parcelles, il ne doit être utilisé qu'avec circonspection sur des haies plus âgées. L'utilisation idéale du lamier en taille latérale serait de
pouvoir éliminer à la tronçonneuse tous les moignons de bois : cela favoriserait la cicatrisation de l'arbre grâce au bourrelet cicatriciel et donc la croissance des arbres de haut jet.

Une autre solution consiste à ne plus utiliser le lamier comme un outil de taille latérale mais plutôt comme un
outil de façonnage, avec une ou deux scies pour éliminer les branches en sciant au niveau du tronc. Cette solution est un compromis pour conserver la mécanisation de l'abattage tout en préservant la structure de la haie, même si la vitesse d'avancement diminue de manière importante.

Le travail d'entretien à la tronçonneuse, éventuellement
associé à une nacelle élévatrice reste la méthode la plus durable en terme d'entretien du bocage. La nacelle permet d'intervenir efficacement et en toute sécurité. C'est aussi la méthode qui permet de générer les plus gros volumes de bois. Le passage régulier du lamier ne permet en effet de produire que du bois de petit diamètre, issu des rejets qui poussent sur les moignons laissés par la taille latérale.

 

 

PROGRAMMES EUROPEENS

RECHERCHE