Approvisionnement en bois

Les acteurs

 carte appro

 

 

 

 

 

 

 

 

Les gisements

Doc ressources PBEDocument "Bois Énergie et Ressource bretonne"
Comprendre pour mieux choisir

 

Le bois plaquette est issu de différentes sources :

Il y a le bois issu de l’industrie qui correspond au bois en fin de vie comme les bois d’emballage, les palettes. Ces produits doivent être sortis du statut de déchet (SSD) pour être utilisé en chaufferie. C’est un bois sec mais qui présente une granulométrie grossière ne convenant pas aux chaufferies à petites puissance.

 dibLes connexes de bois et sous-produits de la transformation du bois, correspondent aux chutes de scierie, produit humide il nécessite un séchage ou peut être utilisé dans des chaufferies à bois humide de plusieurs mégawatt de puissance ou en mélange avec de la plaquette sèche dans des chaufferies de plus de 750 kW.

 

dossesLes déchets verts, la partie ligneuse des déchets d’élagage et d’entretien des espaces verts en déchèterie sont valorisables. Il est préférable de les trier de la partie non ligneuse en amont du compostage. La valorisation des bois issus du refus de criblage du compost posent le plus souvent des problèmes de combustion.

 

dv400Le bois forestier permet la valorisation du bois qui n’est pas utilisé en bois d’œuvre ou bûche. Ceci correspond aux bois de premières coupes d’éclaircie, aux branches et cimes des arbres. La mobilisation de ce bois est à planifier le plus tôt possible pour organiser au mieux la récolte lors des chantiers forestiers.

 

Bois forestier 400Le bocage est aussi une source importante de bois plaquette. Cette ressource bocagère provient des travaux d’entretien et d’élagage des haies entourant les parcelles agricoles. Le plus souvent elle sert à une autoconsommation chez les agriculteurs.

 

 

La structuration de l'offre de bois énergie

Cette structuration passe par l’accompagnement des entreprises bretonnes. Le recensement des fournisseurs montre une cinquantaine de fournisseurs de bois déchiqueté en Bretagne. . On retrouve des entrepreneurs de travaux agricoles ou forestiers, des fournisseurs en lien avec des activités de sciage ou de valorisation de déchets bois ou de déchets verts. Une dizaine de fournisseurs sont organisés autour de filières locales impliquant surtout des agriculteurs.

Au vu des volumes transformés pour le bois énergie aujourd’hui, la capacité de broyage est suffisante. Il y a toutefois une augmentation des capacités de broyage sans soutien public dû à l’obligation de valorisation des déchets de taille et d’élagage par les paysagistes.

Un suivi de chaque fournisseur bois énergie est mis en place pour les aider à répondre aux problèmes auxquels ils sont confrontés

Ce suivi est en lien avec la mobilisation de la filière bois énergie qui tend vers une mutualisation entre les structures fournisseurs pour une qualité d’approvisionnement et une gestion durable.

 

Les aides pour la structuration de l’offre en bois énergie

Le plan bois énergie Bretagne participe à cette structuration

Les principaux types d'intervention du plan concernent :

  • Les investissements et la rénovation sur les plates-formes de stockage de bois déchiqueté (hangar, matériel dédié, pesée...),
  • Les investissements pour le séchage de bois bûche
  • Les acquisitions de matériel mobile (débardage etc…), en direction des entreprises forestières, des entreprises de travaux agricoles et les Cuma. Un examen particulier de ces projets est effectué dans le but de ne pas encourager un sur-équipement de la région.

La pérennité des gisements passe par une gestion durable des ressources. Pour cela les bénéficiaires du plan bois énergie s’engagent à commercialiser du bois :

  • Provenant du grand ouest de la France (Bretagne, Pays de Loire, Basse Normandie)
  • Issu de l’exploitation durable des forêts : l’objectif est d’obtenir 30% minimum de bois certifié PEFC pour les connexes d’industrie du bois et les plaquettes forestières
  • Issu de l’exploitation durable du bocage : les acteurs exploitant le bocage sont incités à suivre une formation ou à réaliser et mettre en œuvre un plan de gestion du bocage. Le caractère obligatoire de ces formations ou diagnostics (plan de gestion du bocage) reste à l’appréciation des collectivités locales et notamment des Départements qui peuvent instaurer ce critère comme éco-conditionnalité aux aides. L’arrêté d’attribution de l’aide doit alors le mentionner.
  • Pour le bois de recyclage, uniquement du bois non souillé (bois propre d’emballage, palettes, caisserie…). Pour le bois recyclé (panneaux agglomérés, bois peints, bois traités…) le PBEB pourra intervenir pour soutenir des projets innovants

bois bocager élagué

PROGRAMMES EUROPEENS

RECHERCHE