Quels outils pour les collectivités dans les filières locales bocage énergie ?

A l'initiative du Département d'Ille-et-Vilaine, un réseau départemental se constitue pour informer/sensibiliser les services des EPCI sur les questions transversales et enjeux du territoire liés à sa politique Eau et Agriculture. Parmi les

grands thèmes ayant retenus l'attention : Transition énergétique, Pérennité des ressources eau-air-sol, Développement rural et agroforestier, Aménagement foncier, Alimentation. 
C'est dans cette dynamique qu'une vingtaine de techniciens bocage et bassin versants ont  été réunis Mardi 21/05, en partenariat avec Aile et le Collectif Bois Bocage 35, pour échanger sur les outils disponibles pouvant les aider à faire émerger des projets de chaufferies bois collectives, et surtout qui puissent mobiliser plus de bois de bocage.
Parmi les échanges, on retiendra que l'arbre peut faire l'objet de nombreux usages (sol-énergie-air-eau-environnement-alimentation) qui justifient son maintien et son développement. Le bois énergie est un des leviers à considérer pour toute collectivité disposant d'un Groupe scolaire, d'un Ephad et/ou de bâtiments publics au sein d'un centre bourg. Chacune des situations citée précédemment peut mobiliser quelques centaines de tonnes de plaquettes de bois déchiqueté et donc initier un appel d'air pour faire émerger une filière bocagère localement.
 
Une collectivité pourra envisager l'énergie bois lors du remplacement d'une chaufferie fonctionnant avec une énergie fossile, ou lors de la création/rénovation d'un bâtiment, ou encore de travaux de voiries... Mais ce qui déclenche bien souvent la réflexion est l'envolée des prix des énergies fossiles.
 
Les projets de chaudière automatique au bois s'étalent parfois sur trois ou quatre ans, entre la première étude d'opportunité et la réalisation des travaux. Et comme pour chaque prise en main d'un nouvel équipement un délai de mise en route et d'appropriation, ainsi qu' un temps de formation de l'agent en charge de la maintenance doivent également être pris en compte. 
 
Le contrat d’approvisionnement en combustible (adapté) est la pierre ultime pour assurer la couverture bois et donc la rentabilité, mais aussi et surtout pour finaliser le projet de chaufferie en adéquation avec les objectifs initiaux et les enjeux qui ont déclenché le projet. Parmi ces enjeux on retrouve bien souvent : Développement durable (Transition énergétique, lien trame-verte trame-bleue, qualité de l’air, biodiversité, eau, sol, stockage carbone), Social et solidaire (retombées en terme d’emploi locaux), Traçabilité des produits, etc... La rencontre entre acteur est alors un élément clef entre la collectivité et l'offre locale. La montée en compétence des agriculteurs sur la thématique bois énergie est également une stratégie à envisager. En effet, à la fois producteurs, utilisateurs potentiels en auto-consommation, et éventuellement fournisseurs, ces derniers pourront permettre une montée en puissance de l'économie (circulaire) sur le territoire.
 
Enfin, une visite de la chaufferie bois de Janzé et une présentation de la démarche de La Roche aux Fées Communauté pour accélérer la transition énergétique sur son territoire, notamment à partir du bocage-énergie, a permis d'encourager les participants à cette journée conviviale à continuer de développer durablement le bocage sur leur territoire.

PROGRAMMES EUROPEENS

RECHERCHE