Rencontre des filières locales bois bocage

Les enjeux de territoire concernent nos organisations collectives rurales que sont les filières locales de commercialisation de bois de bocage du Grand-Ouest, et ce d'autant plus si ces enjeux sont d'ordre environnementaux. Ils peuvent soit représenter un frein pour leur métier dans un contexte difficile de fournisseur de biocombustibles (prix des énergies fossiles trop faible et habitudes de consommation passives), soit une opportunité pour diversifier son activité, travailler le produit, créer de la main d’œuvre et une économie locale et durable. La deuxième option fait bien entendu plus rêver mais reste difficile à mettre en œuvre.

La qualité de l'air par exemple est un enjeu présent tout au long de la vie de l'arbre, de sa plantation, à sa formation, à son entretien et jusqu'à son mode de valorisation : Comment limiter le brûlage à l'air libre des menu-bois issus de la production de bois bûche ou d'entretiens latéraux encore pratiqués aujourd'hui ? Comment améliorer l'adéquation en chaufferie et optimiser le fonctionnement de ces dernières pour améliorer les rendements et limiter les émissions atmosphériques issues de leur combustion tout en limitant le prélèvement de la ressource? Des solutions et des outils existent et commencent à apparaître sur le terrain.

La séparation des flux tout d'abord, en associant un épandage des menus bois mais qui nécessite des quantités de matières importantes, ces dernières étant souvent sont isolées au sein de parcellaires souvent dispersés. Quels sont les coûts de chantier associés à la pratique du BRF (Bois Raméal Fragmenté) et le retour économique ?

Le criblage ensuite nécessite des capacités de plateformes suffisantes et de proximité, réduit significativement les volumes de la fraction recherchée, augmente les coûts et nécessite de trouver des débouchés aux co-produits. Quelle est l'économie réelle générée par le criblage du bois sur les coûts de maintenance des chaufferies bois et quels gains en terme de qualité de l'air ?

Ou encore la formation des agents de maintenance et le bilan de chaufferies mais qui encore parfois ne sont pas jugés incontournables, etc...

De nombreuses questions subsistent et ont pu être exprimées lors de cette sixième rencontre organisée par la FRcuma Ouest avec le soutien de AILE en tant que partenaire technique à Pacé le 20 Juin dernier. Certains représentants des filières locales de l'Ouest demandent d'avantage de références afin de lever des freins d'ordre économiques encore malheureusement présents dans ces filières fragiles et en devenir. Autant de questions que devront prendre en compte les prochaines expérimentations pour capitaliser en retours d'expérience

PROGRAMMES EUROPEENS

RECHERCHE